E. M. n’est pas l’ennemi

Ravi bien sûr qu’E. Macron ait fini à la première place dimanche dernier. Mais rien n’est encore fait, loin de là. La victoire du candidat centriste n’est pas certaine, il le sait, je le sais. Nous ne sommes plus en 2002. La France a bien changé au cours des quinze dernières années, hélas dans le mauvais sens. Je suis attristé et désespéré par ce que je lis dans les journaux et sur Internet, par ce que j’entends autour de moi.

Je ne comprends pas que l’on puisse voter blanc, voire s’abstenir lorsqu’un parti d’extrême droite peut potentiellement accéder à la Présidence de la république française dans neuf jours. Comment peut-on en arriver à penser qu’E. M. est un ennemi ? Que de bêtises. Que d’absence de réflexion aussi. Un adversaire politique pour certains oui, mais les ennemis restent M. Lepen, ses proches et sa clique de cadres tous plus détestables et malhonnêtes les uns que les autres.
Ceux qui ne s’engageront pas le 7 mai prochain ont-ils une seconde réfléchi à ce que serait la France gouvernée par un parti aussi nauséabond aux idées moyenâgeuses ? Même si le FN n’obtenait pas la majorité à l’Assemblée Nationale, quid de la liberté d’expression, de la laïcité, de l’Europe, de notre rayonnement, de la paix ?
Qu’y a-t-il de si effrayant chez E. M. et dans son programme ? J’entends et je lis souvent les mots « capital », « libéral », « pro-Bruxelles ». Ce n’est pas avec de la dette et des nationalisations que l’on produit de la richesse et que l’on assure le bien être et l’avenir des générations. Ce n’est pas en se repliant que l’on se renforce – d’autant plus dans un pays qui n’a ni ressources naturelles, ni une industrie forte – et que l’on peut lutter contre les ambitions américaines, chinoises ou russes et assurer la paix et la stabilité. Quant à ceux qui traitent E. M. de libéral ou d’ultralibéral, ils devraient se renseigner et examiner précisément ce qu’il en est de l’autre côté de l’Atlantique. Il en est très loin, comme tous les libéraux français d’ailleurs.

Où sont les militants de gauche et d’extrême gauche, les étudiants, les chômeurs, les retraités avec leurs petits enfants ? J’aurais aimé les voir dans la rue protester, scander que le pire n’arrivera pas. Mais rien. Même Jean-Luc Mélenchon qui s’opposait si farouchement et si fièrement au FN il y a quelques années reste retranché et silencieux. Un grand mystère. Les Français ont baissé les bras. Cela ne laisse rien présager de bon pour les années à venir.
Quant à moi, je reste désemparé.

One comment

  1. Le slogan de campagne qui aurait pu faire dépasser les 70 % au Président élu :

    Avec un “Emmanuel Macron Drive” pour la France dépassons les vieilles lois et dogmes de la science politique.

    Un clin d’oeil à Le…lu !!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *