Les stars de la science

J’ai lu aujourd’hui sur le blog de l’excellent journaliste scientifique Sylvestre Huet un article intitulé « Antoine Petit (CNRS) et les stars de la science ». Je le conseille. Il traite de la vision qu’a Antoine Petit, l’actuel président-directeur général du CNRS, de la gestion des stars de la recherche.

Il va s’en dire qu’il y a des personnes brillantes et très au-dessus de la moyenne dans les Sciences, comme dans tous les domaines,  des chercheur(e)s meilleur(e)s que les autres, des équipes plus performantes, des travaux significatifs et d’autres pas. La question se pose alors de savoir si il faut privilégier ces Stars, comme le suggère Antoine Petit ou Jean Tirole, médaille d’or du CNRS en 2007 et récipiendaire du prix de la banque de Suède en sciences économiques (Prix Nobel d’économie) en 2014.

Dans son article, Sylvestre Huet, qui prône l’égalité de traitement, cite de très nombreux exemples de scientifiques brillants et reconnus se disant heureux de travailler en France, satisfait à priori de leurs conditions. Je suis plus mitigé sur les conditions de travail actuelles dans les centres de recherche et les universités, sur les bienfaits du saupoudrage des ressources et sur une apparente béatitude (voir mon billet du 2 octobre). On peut faire mieux me semble-t-il si l’on souhaite que la France reste un pays attractif pour les scientifiques avec une recherche de haute qualité. Je rejoindrais plutôt le point de vue mon président. Sans abandonner les moins performants (gardons à l’esprit qu’il y a des hauts et des bas dans une carrière, dans une vie), il faut garder/attirer les meilleurs en créant les bonnes conditions, pour ne pas dire les conditions idéales ou rêvées. Cela implique nécessairement de les favoriser en termes de salaires, moyens et environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.