Gilets jaunes

Voilà un mouvement – issu, semble-t-il, des réseaux sociaux, quasiment incontrôlé, c’est à dire non piloté par les syndicats ou les partis, même si certains tentent une récupération, que je ne comprends pas vraiment, ou très mal, et auquel je n’adhère nullement.

Le prix des carburants. Certes, il a augmenté dernièrement, la faute au cours du pétrole et aux taxes. Il y a une volonté politique derrières celles-ci, oui, mais le programme avait été annoncé, en particulier en ce qui concerne le gazole. L’essence est chère. Oui. Mais les prix étaient plus élevés en été 2012. Etrange. Pourquoi ne pas avoir protesté plus tôt ?

Il y a des gens, dont le nombre est probablement grand, pour qui le quotidien est difficile, tout comme les fins de mois. Je n’occulte pas ce fait et j’entends leurs demandes, leur colère. Mais le monde – qui pour beaucoup se résume à l’hexagone – va-t-il si mal que cela ? Somme-nous au bord du gouffre ? Non. Les citoyens sont-ils abandonnés par l’état ? Non. On doit faire des efforts, modifier nos modes de vie pour espérer laisser un monde agréable à vivre à nos enfants et petits enfants, dans lequel ils seront libres et protégés. Nous sommes tous d’accord, nous approuvons… sauf lorsqu’il faut faire des efforts. Les français veulent que tout change, sans rien changer. Ce mouvement m’exaspère, comme celui naguère des bonnets rouges.
Je préférerais un mouvement qui propose des solutions (réalistes), des pistes, sans passer nécessairement par le repli sur soi, sans rejeter la faute sur les autres (étrangers, migrants, riches, technocrates de l’UE…) et en prenant en compte que changer les choses dans un monde complexe demande du temps.

Je vous invite à lire l’article de Laurent Sagalovitsch intitulé  » Gilets jaunes : retour du français moyen, très moyen « . Je n’ai rien à ajouter, si ce n’est que je me suis régalé à sa lecture.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.