BREXIT

Après avoir rejoint l’Union européenne en 1973, année de ma naissance, le Royaume-Uni vient de la quitter après de longs mois d’incertitude. C’est une bien triste nouvelle pour l’Europe, dont on ne mesure pas encore toutes les conséquences négatives, et un coup dur pour la construction d’une l’Union solide, forte et ambitieuse à même de défendre des valeurs démocratiques et humanistes.

Le BREXIT est un très bel exemple de la fragilité des démocraties qui restent à la merci des hommes et des femmes politiques qui sont à la manœuvre, souvent plus intéressés par leur carrière et la trace qu’ils ou elles laisseront plutôt que par le sort des citoyens qu’ils ou elles représentent.

Ce n’est pas la fin, nullement. Mais dans ces temps troubles et incertains où la liberté et la justice sont en danger car attaquées de toute part, cette lamentable aventure, qui est loin d’être finie par ailleurs, encourage les nationalistes, les négationnistes et les despotes en herbe et affaiblie le seul bloc capable de s’opposer aux deux puissances dominantes dont le modèle et les ambitions conduisent l’ensemble de l’humanité dans la mauvaise voie. Il faut désormais espérer que l’Union tire les leçons de cette fâcheuse histoire, rebondisse et propose une alternative raisonnable aux systèmes qui grignotent nos espérances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.