Diagnostics pour les plasmas

Atelier Diagnostics Plasma du RPF, décembre 2014, ICARE, Orléans.

J’ai organisé du 1er au 3 décembre à l’ICARE un séminaire intitulé « Diagnostics Plasma». Cet atelier s’inscrivait dans les activités du Réseau des Plasmas Froids de la Mission pour l’Interdisciplinarité du CNRS dont je suis (encore pour 15 jours !) l’un des coordinateurs.

Le séminaire a réuni 20 stagiaires (doctorants, ingénieurs et chercheurs) qui ont suivit pendant 3 jours des interventions de spécialistes des techniques de diagnostic optiques et électriques appliquées à un environnement plasma. Au total, onze sujets ont été traité :

  • Sondes électrostatiques (S. Béchu, LPSC)
  • Sonde émissive (V. Lago, ICARE)
  • Analyseur d’énergie – Capteur de flux (A. Caillard, GREMI)
  • Interférométrie micro-onde (G. Henrion, IJL)
  • Modèles collisionnels-radiatisf (F. Romej, UPMC)
  • Spectroscopie d’émission (D. Hong, GREMI)
  • Spectroscopie d’absorption et de LIF (N. Sadeghi, LIPhy)
  • Diffusion Thomson (S. Pellerin, GREMI)
  • Sonde en champs croisés (S. Mazouffre, ICARE)
  • Comparaisons simulations – expériences (L. Garrigues, LAPLACE)
  • Introduction à Lxcat et Bolzig+ (G. Hagelaar, LAPLACE)

Ce séminaire de formation comprenait aussi une séance de travaux pratiques au cours de laquelle les participants ont pu s’initier à la spectroscopie de LIF, à la sonde de Langmuir et à l’interférométrie µ-onde. La photographie ci-dessus à été prise au cours de la séance de TPs.

Pour la première fois, un atelier du RPF a fait appel à la visioconférence. Mes amis Gerjan Hagelaar et Laurent Garrigues du LAPLACE se sont prêté à l’expérience de formation on-line. J’avais fait un pari en introduisant la visioconférence dans cet atelier. Après discussions avec les stagiaires et les intervenants je crois que le pari est gagné. L’expérience démontre qu’une formation peut se faire à distance – au moins en partie – et que l’interaction conférencier-stagiaires reste de bonne qualité. Cette technique permet aussi de simplifier l’organisation, de mobiliser des professionnels sur un laps de temps court et bien sûr de faire des économies via la réduction des frais de missions. A renouveler pour les prochaines formations.

Je tiens aussi à remercier Jeanine Daubin et Mélissa Brinon du service formation de la DR8 du CNRS pour leur soutien et leur aide précieuse dans l’organisation et la gestion de ce séminaire.

L’ensemble des exposés est disponible au format pdf sur le site web du Réseau des Plasmas Froids.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.