Grillage

Petite pause hier après des semaines longues et chargées.
J’ai posé un jour de congés pour faire une randonnée dans la Sologne, non loin d’Orléans, entre Ardon, Mézières-lez-Cléry et Jouy-le-Potier. 31 kilomètres parcourus avec mon fidèle compagnon Elvis au cœur de la forêt, protégé du soleil et de la chaleur. Cette sortie, attendue depuis longtemps, m’a permis de constater à quel point la Nature souffre des fortes chaleurs actuelles et du manque criant de précipitations. Tout est sec. Les plante sont brûlées et les feuilles jaunissent. Dire que cela n’est qu’un début et que dans une ou deux décennies on atteindra sans doute 50°C à l’ombre par moment au centre de la France. J’espère que cet état jugé anormal mais qui deviendra bientôt la norme conduira à notre réveil et à l’action, au changement de comportement et à la lutte contre la dérive climatique. Mais je reste septique, ce n’est sans doute pas suffisant, pas assez douloureux, faiblement impactant malgré les violents incendies (quasiment tous criminels) et le rationnement en eau. Qu’avons-nous retenu de la leçon  » Covid 19  » ?
J’ai eu le temps de réfléchir à tout cela hier, et a bien d’autres choses tout en profitant des paysages, de l’air frais et de la tranquillité des lieux traversés. J’ai (Nous, mais Elvis était moins réceptif) pu aussi admirer de nombreux animaux évoluer dans leur milieu naturel : sangliers et adorables marcassins, biches et jeunes cerfs en troupeau, lièvres et lapins. Quelles belles images ; quels beaux moments intemporels. Hélas, il me faut ternir cette vision idyllique de la campagne solognote. La moitié au moins des animaux observés était parqués dans de vastes, voire très vastes, réserves privées dédiées à la chasse. La Sologne grillagée, et défigurée. Vous avez du en entendre parler. Je ne suis nullement opposé à la chasse, lorsqu’elle a pour but la régulation et la recherche de nourriture. Quel objectif, quel plaisir, si ce n’est malsain, lorsque l’animal n’a aucune change et lorsque les parties de chasse sont synonyme de carnage ? Le divertissement facile ; l’argent. Tout change. Rien ne change.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.