Guerre en Europe

Poutine est un soviétique, un homme du passé qui n’a jamais accepté la chute de l’URSS. Mais il a un plan en tête, une vision claire depuis son arrivée au pouvoir il y a 22 ans, reconstruire l’empire, reprendre le contrôle. Il est désormais sans doute paranoïaque, usé par le pouvoir et l’isolement. Poutine a peur. Il, avec son clan, est effrayé par la démocratie. C’est en cela que l’Ukraine le gêne. Il redoute une contagion, des révolutions en couleur, malgré tous ses efforts depuis des années pour museler l’opposition, éliminer les voix dissonantes et proposer une seule vision – erronée et orientée – du monde et de l’Histoire. Vladimir Poutine est un homme dangereux. Nul ne sait où il va s’arrêter. L’invasion de l’Ukraine pourrait n’être que le début. Le premier objectif de Poutine est clair : éliminer le président ukrainien et mettre un pantin à sa place pour prendre le contrôle. Et ensuite ?

Février 2022. La guerre est de retour en Europe. L’ennemi, celui qui a attaqué sans proposer aucune négociation, n’est pas n’importe lequel car il s’agit de la Russie, grande puissance militaire et nucléaire avec un chef brutal et sans concession à la manoeuvre. L’Europe tente de s’organiser mais il y a de fortes divergences, l’Allemagne et l’Italie étant vitalement reliés à la Russie. L’OTAN, organisation que l’on croyait morte, se réveille et se prépare au pire. Des sanctions sont mises en place mais elles n’auront aucun impact à court terme, ne déstabiliseront pas Poutine et n’entameront en rien sa motivation. On peut avoir peur.

Cette guerre augure mal des évènements dans les décennies qui viennent. Une collaboration à grande échelle sur des sujets critiques comme l’énergie, les ressources et les changement climatiques semble impossible. C’est le repli sur soi qui pourrait s’imposer avec des rapports violents.
Cette crise tragique, je pense ici à mes amis et collègues ukrainiens, peut, doit, être une opportunité de grands changements. L’Europe doit comprendre qu’elle est trop dépendante de l’extérieur, qu’elle n’a pas les capacités de se défendre et de peser dans la géopolitique mondiale, que les rangs doivent être resserrés et qu’elle doit parler haut et fort d’une seule voix. L’Europe doit changer. Dans le cas contraire, elle disparaîtra et d’autres prendront la place.

Un commentaire

  1. Cher Stéphane, où était tous les bien-pensants européens pour pleurer sur le sort des Yougoslaves en 1999 lorsqu’ils se sont fait bombarder 78 jours par l’OTAN sans mandat de l’ONU ? Ce qui arrive aux Ukrainiens est très triste et les Serbes compatissent, car ils ont connu les bombes au-dessus de leurs têtes et l’Uranium appauvri dans leurs champs …mais ce deux poids deux mesures des « occidents » quant à leur empathie envers les victimes est vraiment plus qu’exaspérant pour mes compatriotes Il doit l’être aussi pour les Syriens, les Afghans, les Irakiens, Lybiens et autres Palestiniens.
    Que Poutine soit fou et mégalo, très certainement, mais l’OTAN et les USA et même l’Europe ne peuvent pas parler de violation du droit et de souveraineté nationale bafouée, quand eux-mêmes l’ont fait tant de fois auparavant …
    Tout mon soutien aux civils Ukrainiens et aux Russes qui n’ont rien demandé et que cette guerre fratricide, que l’on ne connaît que trop dans les Balkans, cesse au plus vite 🙁 !!
    Amitiés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.