Il faut en finir avec le feuilleton grecque

Les discussions entre les dirigeants de la Grèce et ses créanciers piétinent. Les réunions de la dernière chance se suivent et se ressemblent. C’est une mauvaise série télévisée à laquelle on assiste depuis des mois.
La Grèce est ruinée depuis longtemps. Tout le monde sait que jamais le pays ne pourra rembourser sa dette. Aujourd’hui le gouvernement Tsipras emprunte d’un côté (la BCE) pour payer un dû de l’autre côté (le FMI). C’est une spirale infernale dont la Grèce ne pourra pas sortir. Alors pourquoi insister ?
Puisque l’Union Européenne, ou plutôt les pays membres de la zone euro, n’a rien fait pour éteindre l’incendie au début du plongeon grecque alors qu’elle le pouvait, la situation est devenue incontrôlable et la fin de l’histoire est connue de tous depuis des mois. On essaye sans doute de gagner du temps mais pour quoi faire ?
La grande peur de l’inconnue j’imagine. Il n’existe maintenant que deux solutions au problème me semble-t-il : On annule la dette grecque ou on (ses partenaires) la rembourse ; la Grèce fait défaut et sort de la zone euro.
Quoi qu’il arrive dans l’avenir, l’Union Européenne ne sortira pas grandi de cette affaire. Une fois de plus la famille Europe n’a pas su s’entendre pour régler un problème pourtant simple. Pauvre Europe. On dirait que tout est fait pour faire progresser les eurosceptiques et les nationalistes.
Mais il y a peut-être plus grave. En s’obstinant à ne pas voir l’évidence, les dirigeants de l’UE, de la BCE, du FMI et cetera ont peut-être mis l’Europe, voir le Monde, en danger. Comment vont réagir les marchés ? La zone euro va-t-elle résister au choc ? La faible reprise européenne sera-t-elle stopper net ?
Nous aurons les réponses à ces questions très prochainement. Le pire peut sans doute être encore évité en acceptant les faits et en réglant le problème une fois pour toute. Il y aura des conséquences néfastes de toute façon mais d’une ampleur plus faible. Mais il faut aller vite. Mesdames, Messieurs, ne perdez plus temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.