La France à zéro

D’après les chiffres de l’INSEE, la croissance de la France a été nulle au premier trimestre de cette année.
Cela est due en grande partie à un net recul de la consommation des ménages. Notre pays aura donc bien du mal à tenir ses objectifs économiques pour 2014. Le gouvernement, tout comme la Commission Européenne et le FMI, table sur une croissance annuelle de 1 %. On a du mal à y croire après un début d’année si catastrophique. Pourtant, cela ne semble pas inquiéter le gouvernement. Méthode Coué, quand tu nous tient…

La reprise, le retournement comme le prédisait F. Hollande, n’est donc pas au rendez-vous.
La politique d’austérité du précédent gouvernement menée par J.M. Ayrault, bien que nécessaire (voir mes précédents articles), a été trop sévère envers les ménages. Les hausses de la fiscalité ont probablement tué les possibilités – et les envies – d’achats et d’investissements. La chute historique du niveau de mises en chantier dans le domaine du bâtiment est un bon exemple de l’effet négatif que peut avoir une politique de redressement qui mise tout sur les taxes et les impôts.
Notre Président, et le nouveau premier ministre, l’ont sans doute compris. L’état change de cap mais les effets bénéfiques potentiels n’arriveront que dans plusieurs mois, si ils arrivent. Car, je le vois bien autour de moi, les français ont perdu confiance en la politique actuelle, et pire, en l’avenir. Les élections européennes qui arrivent risque d’en apporter une preuve terrifiante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.