The Expanse

Je viens de terminer la lecture des trois premiers tomes de la série The Expanse, soit un peu plus de 2000 pages, écrits par James S. A. Corey (un pseudonyme qui regroupe les auteurs D. Abraham et T. Franck) :

Tome 1 : L’éveil du Léviathan,

Tome 2 : La guerre de Caliban,

Tome 3 : La porte d’Abaddon.

J’ai suivi avec grand plaisir les péripéties du capitaine Jim Holden et de son extravagante bande composée de Naomi, Alex et Amos sans oublier l’inspecteur Miller, un autre personnage clé de la saga. Leurs aventures se déroule dans un futur où le système solaire est entièrement colonisé. Ce dernier est divisé politiquement entre les planètes intérieures dominées par la Terre, gouvernée par les Nations Unies, et la prospère Mars et  les planètes extérieures de la ceinture d’astéroïdes régies par le mouvement de l’Alliance des Planètes Extérieures.

J’ai été emporté comme beaucoup de lecteurs par l’histoire de la famille Mao et les intrigues autour de la protomolécule. Mais ce que j’ai apprécié en particulier c’est le réalisme et la crédibilité de l’histoire sur le plan technologique bien sûr mais aussi sur le plan politique, sociologique et anthropologique. Tout comme les auteurs je reste persuadé que l’humain ne changera guère dans les décennies et les siècle à venir. En d’autres mots, l’Homme restera avide de pouvoir, de conquête et d’argent.

The expanse est en partie fondée sur le propulseur Epstein, du nom se son inventeur, Solomon Epstein, qui a permis à l’humanité de voyager à travers le système solaire sur des temps courts. Cette technologie de propulsion  qui est basée sur la fusion nucléaire est décrite dans le roman Drive publié en 2012.

Si vous souhaitez en savoir d’avantage sur The Expanse, les livres, la série tv et le propulseur Epstein je vous invite à visiter le site The Expanse Wiki.

5 commentaires

  1. Bonjour,
    Et d’abord merci pour votre contribution au domaine spatial et votre volonté de nous faire partager un peu de cette aventure sur votre blog !
    Je vous écris plutôt que de vous lire comme à l’accoutumée car j’aurais une question à propos de la plume d’éjection des « torchships » thermonucléaires décrits dans les œuvres de science fiction dite « réaliste ». Voilà les caractéristiques du moteur:
    – poussée 320 kN
    – vitesse d’éjection 215 km/s
    – plasma d’hydrogène, T° ~ 20 eV à la sortie de la tuyère magnétique
    Et la question donc: quel serait l’aspect visuel d’une telle plume en espace libre (et particulièrement sa forme apparente) ?
    Si ces paramètres sont si précis c’est que je développe un jeu vidéo s’efforçant de simuler en détail les systèmes du vaisseau, et que la question fait débat dans la petite communauté qui suit le projet !
    Voilà j’espère ne pas vous avoir trop importuné avec ces chiffres farfelus – c’est la raison de ce commentaire en réponse à un article sur « The Expanse » – et d’avance merci si vous pouvez nous éclairer sur le sujet 🚀🙂
    Bien cordialement,
    David

    1. Bonjour David.
      Si vous partez d’un plasma d’hydrogène alors vous aurez sans doute un jet rouge ou violet. Mais la couleur va dépendre bien sûr de l’énergie des ions, des électrons et du champ magnétique (la couleur provient de la dé-excitation radiative des niveaux quantiques de l’ion). En sortie du propulseur le plasma pourrait être plutôt blanc puis la couleur tendrait vers le rouge/violet. Vous pouvez vous inspirer des photos des plasmas de Tokamak (Plasma tokamak. Avec du xénon ou du krypton, la couleur serait bleu. En général la lumière disparait vite et le jet semble relativement petit. Pour la forme, c’est généralement de type conique (le plasma diverge à cause de la tuyère) avec l’intensité lumineuse qui baisse avec la distance. Avec un propulseur de très forte puissance j’imagine que la plume pourrait être visible sur plusieurs mètres voire dizaines de mètre. Je note tout de même qu’avec les chiffres que vous mentionnez, la puissance nécessaire est de 70 GW en considérant un rendement de 50%, ce qui est plus que le parc nucléaire français.
      J’espère avoir répondu à votre question. Bonne continuation avec le développement du jeu.

      1. Oui la puissance provient d’un réacteur Helium-3 Deutérium de 50 GW; j’ai peur de n’avoir pour défense que le fait que l’ « Epstein Drive » de « The Expanse » est encore beaucoup plus performant !
        Merci beaucoup pour votre réponse et la précision de vos explications.
        Bonne continuation à vous aussi,
        David

      2. Bonjour Stéphane,
        Merci beaucoup pour votre réponse et vos indications précises.
        Oui la puissance est supposée être fournie par un réacteur Hélium-3 Deutérium de 50 GW. L’hydrogène est ajouté dans un deuxième étage pour obtenir la poussée nécessaire à une accélération nominale autour de 2 m/s² et un budget de ΔV de 100 km/s. Je suis bien conscient que ces chiffres sont totalement irréels et pourtant je dois moi-même les défendre auprès des joueurs qui les trouvent trop limités ! 🙂
        Bonne continuation pour vos travaux,
        David

        P.S. ma précédente réponse s’est perdue quelque part en chemin, merci de l’ignorer si vous la retrouvez !

        1. Bonjour David.
          Nous sommes très loin de ces chiffres en propulsion électrique. Par contre c’est le bon ordre de grandeur pour la propulsion chimique (les gros lanceurs comme Saturn V, Falcon Heavy, le SLS…). Mais hélas la grande consommation de carburant rend ce mode de propulsion irréaliste pour les voyages interplanétaires et interstellaires.
          Stéphane

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.