Tian’anmen

J’ai marché sur la place Tian’anmen remplie de touristes chinois et étrangers. J’ai vu les portes de l’ancienne cité impériale, le mausolée de Mao et son portrait géant qui trônait déjà là il y a trente ans. Mais je n’ai vu aucune trace des événements survenus presque trente ans jours pour jours et qui se sont achevés dans la violence le 4 juin 1989.

J’avais 16 ans à l’époque mais cela m’a profondément marqué. Comment expulser de sa mémoire l’image de ce jeune étudiant barrant la route aux chars de l’armée ? Qu’est-il devenu d’ailleurs ? Il y a des hypothèses, diverses histoires mais cela reste flou.

La Chine aurait pu basculer dans la démocratie au printemps 1989. Elle aurait aujourd’hui un tout autre visage. Mais existerait-elle encore ? Aurait-elle implosé ? Serait-elle en passe de dominer le monde et d’imposer sa vision.

Les manifestations de la place Tian’anmen restent tabou en Chine encore aujourd’hui. Personne n’en parle. Les anciens se taisent par peur de représailles. Beaucoup de jeunes ne sont même pas au courant. L’histoire a été réécrite. Il ne s’est jamais rien passé. Cet événement, où plutôt sa censure, son effacement, montre que l’on ne critique pas les dirigeants, qu’on ne s’oppose pas aux décisions du Parti. Un accord tacite a été passé. Le peuple n’aura pas la liberté qu’il demandait mais en échange il aura le droit de s’enrichir, d’acheter, de vivre mieux. On constate aujourd’hui la réussite de ce pacte. De ce que j’ai vu, entendu, les chinois, vieux comme jeunes, ne se plaignent pas, vivent bien voire très bien et partent conquérir le monde. La liberté individuelle ne semble pas être au cœur de leurs préoccupations, ne semble pas être l’objectif à atteindre.

Une question me vient alors à l’esprit. Que se passerait-il si la croissance économique baissait, si le chômage s’installait, si la pauvreté revenait, si la classe moyenne tombait emportant dans sa chute le « rêve chinois » ? Il est probable que le peuple, floué, frustré, se révolte, que la colère refoulée se répande et que le Parti, malgré l’usage de la force, ne survive pas. Et si la Chine s’effondre elle pourrait entraîner les autres avec elle. Les dirigeants chinois sont parfaitement au fait d’un tel scénario d’où leurs efforts pour maintenir coûte que coûte une croissance forte et une dynamique économique positive. Mais jusqu’à quand ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.