Vide

Je passe plusieurs jours par semaine à Paris depuis le début de l’année. Je m’y rends afin de donner des cours de propulsion spatiale à plasma à des étudiants en fin de Master. J’enseigne cette discipline depuis de nombreuses années dans divers établissements. A cause de la situation sanitaire actuelle, une grande partie de mes cours sont regroupés cette année au mois de janvier. D’où tous ces aller-retours.

Je constate que les parkings sont vides. Que les gares sont vides. Que les wagons sont déserts. Qu’il n’y a presque personne sur les quais du RER. La France fonctionne au ralenti. J’en ai la preuve chaque semaine. La situation s’est encore dégradée avec le couvre-feu généralisé de 6 à 18 heures. On voyage moins, on bouge moins, on travaille moins, on s’amuse moins, on se cultive moins. Je m’interroge alors. Pense-t-on moins ? Rêve-t-on moins ?

Un an bientôt que la crise sanitaire du CoViD a débuté en Europe. Qui aurait deviné et pronostiqué un tel ralentissement généralisé aux conséquences multiples ? Il y a désormais des vaccins. Tant mieux, on peut envisager un dégagement de l’horizon dans les mois à venir. La fin de la pandémie est peut-être pour cet été, ou, plus probablement, pour la fin de l’année 2021 (mais pas la fin des problèmes, loin de là). Il faut à ce stade espérer que les vaccins soient efficaces contre toutes les variantes de ce coronavirus et qu’ils procurent une longue période d’immunité car il semble impensable aujourd’hui de proposer une vaccination à très grande échelle chaque année. Il faut garder à l’esprit que vacciner 60 millions de personnes en six mois nécessite 10 millions de vaccination par mois soit 2,5 millions par semaine ou 357000 par jour. Les chiffres parlent d’eux même. Ramené à une année, on atteint tout de même 179000 vaccinations quotidiennes. On imagine l’organisation, les infrastructures et la logistique à mettre en œuvre. Et je ne parle pas du coût.

En rapport direct avec l’épisode actuel de crise, je vous recommande les lectures suivantes qui ont été écrites et publiées avant le début de tout ça :

Au-delà de l’horizon, recueil de nouvelles de Franck Thilliez, en particulier les deux nouvelles Au-delà de l’horizon et Le grand voyage.

Virus, Tome 1 Incubation ; bande dessinée de Sylvain Almeida et Rica.

PS 1 : mes fréquents déplacement me permettent de constater in vivo que finalement, et quoi qu’on dise, les citoyens français sont disciplinés et suivent les règles et les consignes malgré une certaine lassitude et de la souffrance.

PS 2 : aucun trains, au moins sur la ligne Orléans – Paris, n’a été supprimés malgré le couvre feu alors que les wagons sont vides donc les trains très loin d’être rentables. La situation serait elle la même si la SNCF était une entreprise privée ? On peut critiquer le service publique, qui certes ne fonctionne pas à la perfection, mais il faut se battre pour qu’il ne disparaisse pas. Qui veut une santé privée ? Une école et un enseignements supérieur privés ? Une recherche privée ? Une police privée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.