Macron hier soir

On débattra longtemps du fond de l’interview du Président de la République Emmanuel Macron diffusée hier soir sur RMC, Mediapart et BFM-TV. Mon propos n’est pas ici même si face à Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin l’exercice n’était pas des plus simples. Je trouve d’ailleurs que le Président s’en est très bien tiré. Peu d’hommes ou de femmes politiques contemporains auraient réussi un tel débat. S’y seraient-ils risqués d’ailleurs ?

Les temps ont changé. Voilà ce que révèle d’abord cet exercice médiatique inédit. On peut utiliser de nombreux adjectifs pour décrire ce moment de la vie politique française, mais certainement pas  » complaisant « . Deux heures quarante d’interview sans retenue, sans langue de bois, avec des questions dures, souvent orientées et des réponses parfois compliquées ou techniques, mais des réponses. Je note d’ailleurs que la Droite critique (LR et FN), mais sans faire avancer le débat, alors que la Gauche (PS, LFI et PCF) est plus nuancée et assez satisfaite de la forme et de la pugnacité des deux journalistes.

On vit dans un beau pays. Voilà ce que je voudrais dire à mes compatriotes au lendemain de cette interview. Même si tout n’est pas parfait, naturellement.
On était loin d’un acte théâtral. Les journalistes n’étaient pas tenus. Le Président a répondu sans détour et n’a jamais esquivé une question.
Dans quel pays un tel exercice est-il transposable ? La Chine, La Russie, la Turquie, les USA, la Hongrie, la Pologne… ?

En France, le peuple est libre ; la presse aussi. La justice fonctionne. La corruption n’est pas endémique. On est loin d’une oligarchie ou d’une dictature. N’oublions jamais cela. Ne nous laissons pas aveugler par des réponses faciles et souvent futiles. Tout peut très vite basculer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.